Intervention sur la protubérance d'un oranda

Publié le par Les amis du poisson rouge

Il arrive parfois que la protubérance céphalique des poissons rouges de selection devienne trop grosse et handicape sérieusement le poisson...

C'est le cas de Goldie, un des poissons rouges d' Adeline Koy : la protubérance céphalique de son poisson est venue recouvrir ses yeux à un tel point qu'il est devenu aveugle.

C'est alors qu'Adeline à envisagé de faire quelquechose pour améliorer la qualité de vie de son poisson :



Mkdeo : Coucou Adeline, quand as tu eu ton premier poisson rouge ? Raconte moi comment tu t’es lancé dans l’aventure poisson rouge ?

Adeline : J'ai eu un petit poisson dans une fête foraine mais il est mort, il a fini par agoniser dans un petit bac de 10 litres...

Je ne pensais pas à quel point j'allais être accro! L'aquariophilie est un mélange de chimie, de décoration, de création d’un écosystème chez soi et j'adore ça!
 J'avais acheté un aquarium d'occasion de 96 litres qui a cassé par la suite. Cependant, je ne pouvais pas me résoudre à les laisser dans une bassine ou même les abandonner dans les toilettes comme le suggérait mon ami, en effet il a fait le calcul entre le prix dérisoire de mes poissons et le prix d'un aquarium de 200 litres... Mais je pense que vous pouvez me comprendre, la vie n'a pas de prix et je m’en suis donc donné les moyens.

Ce qui me passionne c'est de faire ce qu'il faut sans jouer aux apprentis sorcier pour le bien être de ces petits bout d'écailles ; après tout ils ne nous ont pas choisi.

Pourquoi les poissons rouges ? Parce que je les trouve sans défense et touchants ; ils me donnent envie de les protéger tout simplement.


Mkdeo : Aujourd’hui combien as tu de poissons rouges ? Quelles variétés , quelle maintenance ?

Adeline : Aujourd’hui j’ai 4 poissons rouges. Trois orandas et un queue de voile depuis plus d’un an. Ils sont dans un aquarium de 200 litres, avec une pompe interne de 1000 litres, le bac est principalement planté de fougères de java, d’anubias et de plantes à pousse rapide comme des myriophyllums, des élodées et des cabombas.

Au niveau de l’entretien je change 40 litres par semaine. Je ne mets pas de charbon actif et je change le perlon toutes les semaines. A chaque changement d’eau j’utilise un conditionneur : biotopol de JBL et je met 5ml du jbl ferropol pour mes plantes.

Mon queue de voile : mon premier poisson n’a pas grandi, sa génétique ne le permet pas, en revanche elle a développé de longues voiles ce qui n’est pas pour me déplaire. Elle mesurait 3,5 et n’a prit qu’un ½ cm depuis que je l’ai.


Image hébergée par servimg.com


Ci-dessous mon autre oranda orange Momo, il mesurait 5 cm quand je l’ai récupéré au mois d’avril. Il a vécu 5 mois dans un bocal (chez ma sœur) et à baigné dans son ammoniaque, le bocal passait au lave vaisselle tout les trois jours et il restait en attendant dans un saladier...

Quand je l’ai récupéré, il était recouvert de tâches noires (sur les tempes). Je l’ai soigné dans une grande bassine pendant 2 semaines avec un bulleur et du bactotabs.

Aujourd’hui il est aussi gros que les autres orandas et mesure 10 cm et 18 avec la queue.


Image hébergée par servimg.com


Voici le plus belliqueux de mon groupe : King mon red cap.

Il mesurait 6 cm il y a un an, aujourd’hui il en fait 11 cm et 19 cm avec sa queue, il a une protubérance monstrueuse qui a poussé régulièrement.

Ce poisson est l’un des plus fragiles car il a des problèmes de transit dès que la nourriture n’est pas adaptée, il est souvent constipé, il a eu une fissure anale et des troubles de la flottaison.


Image hébergée par servimg.com


Mkdeo : Depuis quand as tu Goldie ? Raconte moi son évolution.

Adeline : L’excroissance de Goldie a mis environ huit mois à recouvrir ses yeux.

Janvier 2008 : elle mesurait 6 cm

Image hébergée par servimg.com


Juin 2008 : en pleine décoloration

Image hébergée par servimg.com


Juillet 2008 : toute jaune !

Image hébergée par servimg.com


Août 2008 : grosse poussée d’excroissances

Image hébergée par servimg.com


octobre 2008 : Le deuxième œil commence à être recouvert…

Image hébergée par servimg.com


Janvier 2009 : Elle est aveugle

Image hébergée par servimg.com


Au mois de novembre, malgré sa cécité partielle (œil gauche) elle se nourrissait correctement et avait un comportement normal .

Au mois de janvier, elle est devenu léthargique et n’avait active qu’au moment des repas. Et c’est à ce moment là que j’ai envisagé de l’aider à mieux voir.


Mkdeo : Raconte moi ton expérience avec le vétérinaire, comment ça s'est passé ?

Adeline : J’ai pris contact avec un nouveau vétérinaire mi-janvier 2009 dans ma région qui se ‘lançait’ dans les nouveaux animaux de compagnie mais plusieurs raisons m'ont fait renoncer :
- son manque d'expérience concernant ce type d’intervention.
- sa méconnaissance des orandas (jamais entendu parler).
- le fait qu’il m’ait demandé de me renseigner de mon coté et de l’assister « au cas où ».
- son projet d'anesthésie locale totalement inadapté !
- le coût de l’intervention :30 € la consultation + 60 € l’intervention.
- le ton moqueur de l’assistante vétérinaire, qui m’a particulièrement refroidi. Je n’ai pas apprécié leur manque de considération pour l'animal et les remarques du genre : « je comprends pas ce n’est pas un poisson d’eau de mer ? »

J’ai préféré me passer de leurs services!


Mkdeo :  tu as longtemps hésité avant de te lancer?

J’ai sérieusement envisagé de le faire à la  fin du mois de janvier, en gros j’ai hésité 15 jours. Je me suis renseigné durant cette période sur internet (vidéo, colloques, the gab).

Puis début février, j’ai commencé à récupérer le matériel dont j’avais besoin et j’ai programmé la date d’intervention à mi-février.


Mkdeo : expliques nous comment as tu procédé pour l'anesthésie générale (sédation) ? Produit, dosage etc…

Adeline : Tout d’abord, j'ai fait jeûner mon poisson 72 heures pour éviter qu'elle ne pollue le bac anesthésiant.

Ensuite, après avoir mis cinq gouttes d'huile de clous de girofle avec un peu d’eau dans un tuperware fermé, j’ai agité énergiquement la solution afin qu’elle soit bien émulsionnée.  Ce mélange a ensuite été rajouté à 5 litres d'eau.

A l’aide d’une épuisette mon poisson a été introduit en douceur dans le bac anesthésiant ayant préalablement la même température d’eau que celle de l’aquarium et le chronomètre démarra (normalement un poisson est sedaté en 3 minutes).


Phase de la sédation :

I - Perte d’équilibre : au bout d’une minute
II - Perte de mouvements corporels globaux, mais persistance de mouvements operculaires : au bout de trois minutes, le poisson se met sur le côté : l’opération peut commencer.


Mkdeo :  quels sont les outils que tu as utilisé ?

Adeline : Pour l’anesthésie :
- 1 minuteur (l'intervention totale ne doit pas excéder  30 minutes).
- 1 pompe à air pour avoir une eau bien oxygénée.
- 1 balance électronique (c'est utile pour peser l'eau et le poisson : le poisson pèse 148 grammes).
- huile essentielle de clou de girofle (Eugenia caryophyllata).
- conditionneur d’eau JBL.
- bac en plastique rectangulaire de 10 litres pour l'anesthésie.

Pour l’intervention :

- 2 torchons.
- pinces coupantes.
- pince à épiler.
- lame de cutter.

Pour le réveil :
- fungistop de Tetra (contre les infections bactériennes cutanées et les plaies).
- seau de 10 litres pour le réveil.
- une planche à découper en verre


Mkdeo : La durée de l’intervention et autres détails ?

Adeline : En tout l’intervention à duré 25 minutes top chrono ; le matériel à été désinfecté à l’eau bouillante.

1ere étape : les ciseaux : le « dégrossissage »

Avec la pointe des ciseaux j’ai soulevé le haut du capuchon afin de couper le plus gros de la protubérance ; cette phase fut en fait la plus délicate car même si le poisson était sédaté, au début de l’intervention il bougeait encore d’où l’importance de bien le tenir sans qu’il glisse pour éviter de le blesser ; l’usage d’un gant est donc pratique, de plus cela ne nuit pas aux muqueuses du poisson ce qui pourrait déclencher une autre maladie ou l’affaiblir par la suite.

Cette phase se révèle très délicate quand les ciseaux ne sont pas aiguisés car la protubérance reste gélatineuse et très compacte, l’idéal est de se munir d’une paire de ciseau très fine et incurvée.


L’usage de la pince à épiler est pratique pour attraper des petits bouts sur les « coins » de l’œil ; ce sont des endroits difficiles d’accès.

Je remettais le poisson toute les trente secondes dans son eau anesthésiante, pour qu’il reprenne son souffle.

Phase du dégrossissage aux ciseaux :


Image hébergée par servimg.com


L’usage de la pince (avec l’aide de mon ami), pour attraper l’ultime bout qui reste.

Image hébergée par servimg.com


Image hébergée par servimg.com


2eme étape : la lame de cutter : la « finition »

Le cutter m’a permis de lui faire des plaies plus propre pour une meilleure cicatrisation. En effet, les ciseaux « déchiquettent » sa protubérance et les inscisions ne paraissent pas nettes autour de l’œil.

Concernant le cutteur, il ne faut surtout pas appuyer sur la plaie mais au contraire, l’incliner vers le haut et sans forcer faire glisser la lame en tranchant petit bout par petit bout la protubérance. C’est un peu comme découper des tranches de carpaccio avec un couteau haiku.

Mettre enfin le poisson de face et vérifier que tout soit symétrique.

A un moment (au bout de 25 minutes), on aperçoit une cessation de mouvements operculaires et c’est le signe de la fin de l’intervention, elle peux aller en bac de réveil sinon c’est hypoxie et arrêt cardiaque.


Mkdeo : Comment as tu fait pour le réveil du poisson ?

Adeline : J’avais préparé un seau d’une contenance de 10 litres (à température de 22°) avec 5ml de « jbl biotopol »,  5ml de « fungistop » et une pompe à air.

Après je l’ai déposée délicatement au fond du seau, elle était léthargique ; et délicatement je lui ai faire le tour du seau en la tenant ; puis au fur et à mesure je sentais qu’elle retrouvait l’usage de ses muscles et je l’ai laissé se réveiller tranquillement. Elle est resté en tout dix bonnes minutes.


Image hébergée par servimg.com


Voici les stades de la phase de réveil (le réveil à duré 5-6 minutes):

1- Corps immobile, mais les mouvements operculaires débutent.

2- Mouvements operculaires réguliers et mouvements corporels globaux qui débutent.

3- Regain de l’équilibre et de l’aspect préanesthésiques.

Mkdeo : Ensuite, en phase post opératoire : maintenance particulière ? En quarantaine ?

Adeline : 10 minutes plus tard, j’ai remis Goldie dans son aqua, elle est resté 1 minute dans un coin de l’aquarium puis a mangé.

Elle regardait dans tout les sens et on pouvait noter qu’elle était très stressée, sa nageoire dorsale était replié et elle est restée léthargique. Elle bougeait ses pupilles dans tout les sens…

Pour diminuer son stress, l’aquarium est resté éteint deux heures, elle nageait au fond mais ne remontait pas à la surface.


Voici Goldie le lendemain de l'intervention :

Image hébergée par servimg.com


Mkdeo : Comment va Goldie aujourd’hui ?

Adeline : Son comportement est redevenu normal 72 heures après l’intervention, elle me voyait, me suivais aux heures des repas, allait à la surface pour manger la première!



Mkdeo : Et maintenant,  tu as des  projets aquariophiles particuliers ?

Adeline : Je n’ai pas de projets aquariophiles au jour d’aujourd’hui mais j'envisage d'investir pour un 400 litres pour le même nombre d’individus et dans un bassin d’ici cinq ans.

On verra comment ils évolueront avec le temps.

Mkdeo : D' autres choses à rajouter dont tu aimerais me faire part ?

Adeline : Je tenais juste à préciser que ce genre d’intervention demande un minimum de préparation et d’organisation. Ce n’est pas complexe, ça paraît impressionnant mais ce n’est pas le cas.

Je vous remercie de partager cette aventure avec moi, je l’ai opéré afin de lui témoigner tout mon respect et ma sympathie. J’adore les regarder et le fait qu’elle se porte bien est finalement la plus belle des récompenses.

J’espère que ce témoignage fera bouger les mentalités.

Mkdeo : merci Adeline pour toutes ces explications ;-)

Publié dans Les poissons rouges

Commenter cet article

Sixtine 16/05/2013 04:08

Bonjour,

Je viens de lire votre article et bien qu'il date de plus de trois ans, j'aimerais savoir s'il est possible d'avoir les coordonnées (email) de la personne qui a opéré son poisson rouge et savoir si
ce poisson vit toujours et si oui, comment se porte-t-il ?
Mon red cap souffre de la même pathologie et est complètement aveugle (et je pense même qu'un des côtés est complètement collé sur son oeil et qu'il sera irrécupérable). Depuis la "perte" de son
deuxième oeil, il ne "partage" plus rien avec les autres et reste seul dans son coin tout le temps sauf pour manger, mais même cela est difficile pour lui à cause de cette protubérance.

Merci d'avance.

Koulou 19/04/2010 09:26


on a ouvert une forum pour remplacer ceux que OB à fermés:

http://vosblogssurvivor.forumsactifs.com/


fufutte 28/03/2010 20:32


Très belle opération, félicitations ! Je possède aussi un oranda et j'ai toujours la hantise de le voir devenir aveugle comme un des poissons du magasin quand je l'ai acheté. Mais pour le moment il
est jeune. Sinon, tes poissons sont très beaux, on sent bien ton désir de les rendre heureux et de les maintenir dans les meilleures conditions...


TSA 14/11/2009 18:11


C'EST RIDICULE DE FAIRE PARRAITRE CETTE INTERVENTION COMME UNE RÉUSSITE ET D'ENCOURAGER LES AUTRES A LE FAIRE. IL N'Y AVAIT PROBABLEMENT AUCUNE ANALGÉSIE!! ET S'IL BOUGEAIT ENCORE..IL ÉTAIT
PROBABLEMENT EN DOULEUR ET L'A AUSSI RESSENTI PENDANT DES HEURES SUITE AU RÉVEIL. JE SAIS QUE LES SOINS OFFERTS POUR LES POISSONS ROUGES SONT LIMITÉS MAIS IL Y A AUSSI DES LIMITES...


willycat 11/07/2009 15:52

TU ES INVITE D'HONNEUR SUR MON BLOG POUR ELIRE TES MEILLEURES DAUBES MUSICALES. AMICALEMENT.